Un monde sans rivage

GAUDY Hélène

Copenhague, Mus√©e Louisiana, novembre 2014. Le monde d√©couvre l’√©pop√©e d’explorateurs partis en montgolfi√®re pour le p√īle Nord durant l’√©t√© 1897, port√©s disparus depuis et dont on a retrouv√©, en 1930, sur l’√ģle Blanche, les corps ensevelis sous la neige. Bien plus pr√©cieux encore, le journal de Salomon August Andr√©e, chef de l‚Äôexp√©dition marqu√© par un r√©cent √©chec, et surtout les pellicules du photographe Strindberg.¬†Apr√®s Une √ģle, une forteresse : sur Terezin¬†(NB mars 2016), H√©l√®ne Gaudy retrace une aventure h√©ro√Įque : l‚Äôimpatience et l‚Äôenthousiasme du d√©part, les arrachements affectifs, l’orgueil et l’inconscience premi√®re, le courage et la pers√©v√©rance, la solidarit√© et l‚Äôamiti√© ind√©fectibles tout au long des jours sans nuit et sans horizon sur la banquise. L’humour, la pond√©ration, la mise √† distance des mots consign√©s surprennent : rempart contre le d√©sespoir, moyen d‚Äô√©chapper √† l‚Äôinsupportable. √Ä rebours du temps, l’auteure rappelle les pr√©c√©dentes tentatives : voler, un r√™ve ? d√©couvrir de nouvelles terres ; se battre avec les √©l√©ments. S‚Äôajoute une r√©flexion sur la photographie : m√©moire, immersion et appel vers un ailleurs. Un roman vibrant et gla√ßant, une narration sobre et dense, un r√©cit bouleversant et profond. (M.-A.B. et B.T.)