Un ange distrait.

RICHARD Jean-Pierre

Ayant h√©rit√© d‚Äôune maison familiale d‚Äôun petit bourg girondin, apr√®s quinze ans de vie parisienne, Laurent et Isabelle d√©cident de s‚Äôy installer avec leurs deux enfants, J√©r√©mie, treize ans, Chlo√©, onze ans. Dans le grenier, ces derniers d√©couvrent de vieilles malles de v√™tements et d‚Äôalbums photos. Laurent les surprend, en costumes d‚Äô√©poque, en train de commenter des images de l‚Äôentre-deux guerres comme s‚Äôils avaient v√©cu √† cette p√©riode‚Ķ Le p√®re doit se rendre √† l‚Äô√©vidence : son fils conna√ģt ‚Äútout‚ÄĚ de la vie de son arri√®re grand-p√®re Alexandre puisque, dit-il, il est lui-m√™me cet Alexandre, comme Chlo√© est la r√©incarnation de la tante Marthe ! Tout en assumant leurs existences de jeunes du XXe si√®cle, ils conservent la m√©moire de vies ant√©rieures.

 

À partir de cette hypothèse peu cartésienne et moins flamboyante que les aventures de politique fiction de son précédent roman, Le président du marigot (NB juillet 2004), Jean-Pierre Richard écrit d’une plume alerte, avec humour et imagination, une histoire sympathique et distrayante, prétexte à une critique douce-amère des temps actuels.