Tangvald

KEMEID Olivier

Le Norvégien Peter Tangvald, né en 1924, est un cancre invétéré, désespérant son père. En inadéquation avec les conventions sociales, il s’adonne, jeune, à la voile en solitaire et navigue par tous les temps. Il construit lui-même un remarquable voilier, admiré par les connaisseurs, pour faire le tour du monde sans moteur, ni radio. « Casanova des mers », il se marie six fois. Deux de ses épouses périssent en mer. Il y trouve lui-même la mort en 1991, à soixante-sept ans, laissant un fils, Thomas, également passionné par la mer. Peter Tangvald était peu sympathique : misanthrope certain, égocentrique, macho, pingre, ne fréquentant que les gens pouvant lui être utiles, et risquant inconsidérément la vie d’autrui. Mais il a fasciné ceux qui l’ont rencontré, dont le Québécois Olivier Kemeid. Bien documenté, ce récit de ses aventures souvent terrifiantes est prenant. Le style vif, souvent parlé, voire gouailleur, se fait grave et fortement évocateur quand il le faut. (P.S. et F.L.)