Soudain, j’ai entendu la voix de l’eau

KAWAKAMI Hiromi

Ry√≤ et Miyako, fr√®re et soeur, reviennent vivre dix ans apr√®s la mort de leur m√®re dans la maison de leur enfance, √† Tokyo. Elle √©tait autrefois entour√©e de rizi√®res, et si le jardin reste le domaine des fleurs et des oiseaux, la construction a √©t√© endommag√©e par des ann√©es d’abandon. D√©sormais adultes ‚Äď ils ont aujourd‚Äôhui d√©pass√© l‚Äô√Ęge de leur m√®re emport√©e par la maladie ‚Äď Ry√≤¬†et Miyako se souviennent de leur vie familiale. Des liens affectifs empreints de myst√®re s‚Äô√©clairent d‚Äôun nouveau jour.¬†¬†De son √©criture limpide et subtile, Hiromi Kawakami (Les dix amours de Nishino, NB mai 2013) donne aux choses t√©nues du quotidien comme aux √©v√©nements graves une tonalit√© singuli√®re. Par touches l√©g√®res, elle relate l‚Äôhistoire d‚Äôune famille qui gravite autour de la figure maternelle. Des non-dits, des silences et des questions sans r√©ponse continuent de flotter dans la conscience/inconscience de la narratrice. Saisons, lumi√®res, saveurs, odeurs r√©veillent fugitivement le pass√© et tissent la trame d√©licate du r√©cit. L’√©tranget√© des relations familiales fait partie de cet univers √©motionnel et feutr√© dont l‚Äôauteur a le secret et que l‚Äôon retrouve avec plaisir. ¬†(P.H. et B.Bo.)