Semences magiques.

NAIPAUL V.S.

Willie Chandran, Indien, bientôt quarante ans, n’a pas encore trouvé un sens à son existence. Après des années décevantes en Afrique, objet d’un autre ouvrage de l’auteur (La moitié d’une vie), il se laisse convaincre par sa soeur de rejoindre un mouvement révolutionnaire en Inde. Avec une brigade de guérilleros, il connaît la misère et la peur, participe à des coups de main inutiles pour “libérer” des paysans désespérément indifférents. Capturé puis libéré, il retrouve à Londres un vieil ami qui le recueille. D’abord séduit par la belle maison de Roger, la vie facile, les brillantes relations, il découvre l’envers trouble d’un univers où tout est frime et mensonge.  Le lauréat du Prix Nobel de littérature 2001 dénonce avec lucidité les tares du monde contemporain, qu’il s’agisse de mouvements révolutionnaires utopiques voués à l’échec ou de la société occidentale gangrenée par le rejet de toute morale, l’appétit de jouissance et la vulgarité. Composé et écrit avec un art consommé, ce roman est le procès sous-jacent d’un monde sans espoir et reflète le profond pessimisme de l’auteur.