Parcours sans faute

GRUEN Sara

Annemarie, divorcée, vit chez sa mère, propriétaire d’un centre équestre. Vingt ans auparavant, sautant un obstacle lors d’un concours, elle a failli se tuer et son cheval a dû être abattu. Traumatisée, elle redoute un même accident pour sa fille Eva, excellente cavalière, qu’elle accepte cependant de confier à un entraîneur. Le père d’Eva et sa nouvelle épouse se tuent en voiture alors qu’ils venaient  assister à une compétition où figurait la jeune fille, laissant un bébé orphelin…

 

Écrite d’une plume vive, l’évocation du monde équestre, des humbles travaux de pansage comme la griserie des victoires, de la complicité qui lie cavalier et monture sur un parcours dangereux, éveille l’intérêt. S’y ajoutent les angoisses d’une mère prise entre ses peurs et la crainte de nuire à l’épanouissement de son enfant. Ce deuxième roman de l’auteure est la suite convenue et assez décevante de La leçon d’équitation (NB août-septembre 2005).