Panique.

SORENTE Isabelle

Dans les sous-sols de Polytechnique, J√©r√īme, Roman et Ad√®le ont souvent imagin√© des canulars en fumant du haschich. Une nuit, pouss√©s par une force d√©cisive, ils jurent de passer √† l’action en piratant l’intervention t√©l√©vis√©e du Pr√©sident. L’homme aux yeux jaunes rencontr√© dans un caf√© l’apr√®s-midi, qui pr√īnait la roulette russe comme art de vivre, n’y est apparemment pas pour rien. D’ailleurs, tout Paris est peu √† peu gagn√© par une fi√®vre Panique apr√®s que cet urbaniste, expert en information, a r√©ussi √† inscrire, sur tous les espaces d’affichage de la capitale, un message alarmant sur la modification de l’air… ¬†Plac√© sous l’invocation du dieu Pan (Gilles de Rais inspirait Le Coeur de l’ogre : trois variations sur le mal, NB octobre 2003), ce quatri√®me roman d’Isabelle Sorente d√©lire tous azimuts. Tr√®s descriptives, les sc√®nes semblent pr√©d√©coup√©es pour une spectaculaire bande dessin√©e. Soufflant le chaud et le froid, le cru et le cruel, l’√©criture s’affole entre dialogues, journal intime et r√©cits. On hal√®te sous ce vent de panique engouffr√© dans ‚Äúla gigantesque fl√Ľte de Pan‚ÄĚ, qui actionne les protagonistes de cette histoire !