Orphelins de Dieu

BIANCARELLI Marc

La jeune V√©n√©rande, ivre de vengeance, engage un ancien insoumis devenu tueur √† gages, ¬ę l‚ÄôInfernu ¬Ľ, alias Ange Colomba, pour retrouver les quatre bandits qui ont tortur√© sauvagement son fr√®re dans le maquis corse, volant ses brebis, le d√©figurant et lui coupant la langue. ¬ę¬†L’Infernu¬†¬Ľ, fatigu√©, √† bout de ressources, accepte √† la condition qu’elle l’accompagne dans cette chevauch√©e vengeresse.¬†

Marc Biancarelli (Murtoriu : ballade des innocents, NB d√©cembre 2012) m√®ne ce couple improbable sur le rythme cavalier et √©pique d¬īun western spaghetti. Les longs monologues du tueur √©voquant pour sa compagne son pass√© et ses obs√©dantes sc√®nes de tuerie, de torture et de viol alternent avec des dialogues nuanc√©s et subtils, presque doux, entre le vieux mercenaire et la jeune passionaria. L‚Äôauteur, vrai conteur, cis√®le une belle √©criture changeante, ample et visuelle, puis sobre et allusive. Il m√™le √† son r√©cit l’histoire, m√Ętin√©e de l√©gende, des m√©faits de la horde de rebelles-truands, les Orphelins de Dieu, que la mis√®re, la griv√®lerie, le destin avaient jet√©s sur les chemins corses, sardes ou grecs au XIXe si√®cle… Un livre all√©gorique, √Ępre et talentueux, parfois presque politique.