Motus et bouche cousue.

WESTLAKE Donald E.

Francis Xavier Meeham, cambrioleur r√©cidiviste, s‚Äôest mis involontairement dans un mauvais cas et risque de croupir √† vie dans une prison f√©d√©rale. Survient un politicien qui se fait passer pour un avocat et lui propose un march√©. Si le voleur r√©cup√®re discr√®tement une cassette compromettante pour le Pr√©sident sortant avant les √©lections, il est libre et son casier judiciaire redevient vierge. Motus et bouche cousue relate l‚Äô√©quip√©e rocambolesque de Meeham qui, gr√Ęce √† son intelligence roublarde et la complicit√© de son avocate hors normes, d√©joue tous les pi√®ges tendus par les sbires des deux partis, pour s‚Äôacquitter de ce service command√© en marge de la loi, tout en r√©alisant un joli casse pour son propre compte. Le dernier de sa carri√®re¬†?

 

Ainsi que dans ses précédents thrillers bien ficelés, dont Mauvaises nouvelles (N.B. fév. 2003), Donald Westlake campe un anti-héros bigrement sympathique et distrayant, prétexte cette fois à une critique désopilante et caustique du monde politique américain. On s’amuse ferme.