Madame

CHEVRIER Jean-Marie

Dans son ch√Ęteau d√©labr√©, Madame est la derni√®re descendante de sa famille puisque son fils ador√© est mort accidentellement √† quatorze ans. Elle soigne sa vieille bonne et s’occupe du fils de ses fermiers, qu’elle appelle Willy. Elle lui fait apprendre ses le√ßons, lui r√©cite des po√®mes, t√Ęche de lui inculquer les bonnes mani√®res, malgr√© la sourde opposition des parents. Le gar√ßon, curieusement, accepte tout d’elle car elle le fascine, bien qu’il ait parfois quelques vell√©it√©s de r√©volte.¬†Ce court roman est assez touchant. Cette vieille dame, originale et si seule, qui vit dans le souvenir des splendeurs pass√©es, d√©cide brusquement de se tourner vers l’avenir pour accompagner son ¬ę¬†√©l√®ve¬†¬Ľ. Comme dans Une lointaine Arcadie (NB avril 2011), l’auteur r√©fl√©chit sur le vide existentiel qui peut √™tre combl√© par une affection d√©sint√©ress√©e. Son style classique r√©pond √† la culture de son personnage.