Ma voix est un mensonge

OCHOA Rafael Menjivar

Mexique. Un acteur, sp√©cialis√© dans les r√īles de m√©chants des feuilletons radiophoniques, est au ch√īmage technique. On lui propose alors une mission lucrative pour une branche de la police. Que doit-il faire exactement ? Myst√®re. Il se doute de deux choses : qu’il lui faudra utiliser son don √† contrefaire les voix, et que l’affaire est louche. Il sait qu’il ferait mieux de refuser, mais comment r√©sister √† une telle somme quand on vivote avec si peu ?¬†¬†Ce roman, √©crit par un √©crivain c√©l√®bre d’Am√©rique centrale d√©c√©d√© en 2011, d√©gage une ambiance particuli√®re, originale. Il m√®ne du microcosme des acteurs de feuilletons radiophoniques au monde fuyant et incertain de policiers manipulateurs, de journalistes corrompus, de politiciens sans scrupules.¬† Leur point commun : le mensonge . La voix ne fait pas le moine, et le titre de policier ne garantit pas la v√©rit√© et la justice. Chacun joue un r√īle, mais lequel ? Le h√©ros-narrateur, impertinent et observateur, en est r√©duit √† errer d’hypoth√®se en hypoth√®se. Une myriade de d√©tails et d’histoires donnent de la chair et de la densit√© √† ce roman aux protagonistes bavards, aux dialogues savoureux, qui donne le vertige. R√©√©dition de 2013. (M.D. et T.R.)