L’indivision

ZIDROU, SPRINGER Benoît

Martin est revenu d’une expatriation de plusieurs années à Abu Dhabi. Il avait fui cet amour impossible que lui et sa soeur Virginie se portent, cet amour qui a un nom stigmatisant : inceste. Mais il est de retour et tout recommence comme avant. Virginie mariée et mère de famille veut mettre un terme à cette horrible relation dont elle ne peut se défaire. Elle vit un perpétuel déchirement intérieur. Martin souhaite vivre et n’imagine même pas la fin de cet amour. Pour Virginie Il faut rompre, tout rompre, jusqu’à cette indivision sur la maison de leurs parents que Martin souhaite bien entendu conserver.

On est laissé à son jugement sur le thème de l’ouvrage : l’inceste. L’absence de prise de position de l’album peut dérouter. La relation incestueuse est décrite, presque justifiée, jamais condamnée. Rien n’est épargné au lecteur, ni les scènes charnelles (trop) crues, ni la position d’un mari cocu, qui sait tout et ne dit rien, ni la justification de cette relation interdite : l’amour. Il faut avoir une grande ouverture d’esprit pour n’être pas mal à l’aise. La démonstration sur ce thème difficile à mettre en scène est, a minima, énigmatique. (E.B. et P.P.)