Les portraits de Laura Bloom

RENONÇAY Philippe

En collaboration avec Laura Bloom, qui partage sa vie depuis peu, le photographe Emmanuel Lorne prépare une installation montrant 368 portraits de femmes disparues. Il est approché par un taxidermiste exerçant depuis un demi-siècle au Muséum d’histoire naturelle de Paris pour réaliser les illustrations d’un catalogue historique. Chacun dans son domaine excelle à rendre vie et les deux hommes ont en commun plus qu’ils ne l’imaginent.  Dans un récit audacieux et à nul autre pareil, Philippe Renonçay (Le défaut du ciel, NB avril 2012) aborde le sujet délicat de la représentation post-mortem et entreprend un voyage intemporel au plus profond de l’âme. Insensiblement, à la faveur de rencontres et de souvenirs, il prend le lecteur par la main pour l’emmener de l’autre côté de la « chambre noire ». Portée par l’amitié, l’amour inouï pour une femme et la folie d’un homme, leur quête philosophique est animée par la notion de « survivance » posthume. Par ses dialogues et ses flâneries dans les rues de Paris, le récit restitue une atmosphère de nostalgie ; puis la sensation devient énigmatique, porteuse d’une magie sombre et funeste. On en ressort comme envoûté si l’on accepte de se laisser porter par cette narration littéraire étonnante.  (S.D. et Maje)