Les Ombres de Boufarik

CHARTIER Olivier

Le tableau accroch√© dans le salon parisien de la grand-m√®re pied-noir d‚ÄôOlivier Chartier ne repr√©sente pas seulement Alger, √©clatante de soleil ; il est aussi la fen√™tre ouverte sur les origines familiales, l’√©den √©voqu√© inlassablement par cette femme chaleureuse. Celle-ci entretient le mausol√©e √©difi√© √† la m√©moire de son p√®re, Am√©d√©e Froger, assassin√© en 1956 dans des circonstances jamais clairement √©lucid√©es et dont le meurtrier pr√©sum√©, membre du FLN, fut guillotin√©. Pour d√©m√™ler le vrai du faux, le narrateur se livre √† une v√©ritable enqu√™te : il √©tudie les archives, consulte les journaux d’√©poque, traverse la M√©diterran√©e. Peu √† peu, l’image du patriarche √† l’oeil p√©tillant se craquelle, p√®re aimant, patriote certes mais aussi ultraconservateur et raciste…

 

Dans ce premier livre, m√™lant histoire et biographie, au style clair et agr√©able, Olivier Chartier (n√© en 1966, journaliste sp√©cialis√© dans les voyages) se penche sur la guerre d’Alg√©rie. H√©ritier des r√©cits familiaux, il tente avec courage et pudeur de faire son propre analyse des √©v√©nements. De tous les sentiments √©prouv√©s durant ses investigations, √©merge une immense tendresse pour sa grand-m√®re, personnage nostalgique et solaire qui fut le phare de son enfance.