Les inoubliables

CHARTRES Fanny

Eux, ce sont les EANA, sigle pour d√©signer les √©l√®ves allophones int√©grant une classe de seconde. Il y a Luca, jeune Roumain virtuose du violon, arriv√© en France avec son p√®re, ancien professeur de fran√ßais. Chavir, lui, est le fils d’un diplomate bulgare et manie la langue fran√ßaise avec une interpr√©tation toute personnelle. Marvin, un Britannique, tra√ģne son flegme et sa flemme dans les all√©es du lyc√©e. Trois filles compl√®tent le groupe : Tezel, venue de Turquie, la Cor√©enne Jae-Hwa, qui manie aussi bien les pinceaux de vernis que son Rubik’s Cube, et la belle Anna.¬†¬†¬†On suit au fil des pages ce groupe cosmopolite, empli de r√™ves en venant √† Paris. Leurs parents, pour certains fuyant mis√®re, ch√īmage ou absence de libert√©, ont fond√© leurs espoirs sur la r√©ussite de leurs enfants. Leurs conditions de vie ne sont pas identiques, mais les plus favoris√©s font b√©n√©ficier les autres de leur g√©n√©rosit√©. Tous sont unis dans leurs diff√©rences et leur amiti√©, d’autant que la classe les tient √† l’√©cart. Leur d√©brouillardise les enhardit pour trouver des solutions √† force de pers√©v√©rance. Les dialogues sont savoureux, le r√©cit vivant et souvent dr√īle. (M.-C.D. et J.G.)