Les huit montagnes

COGNETTI Paolo

Par nostalgie de la montagne qui les a rĂ©unis, les parents de Pietro louent une masure dans un hameau perdu du Val d’Aoste. Pietro, enfant de la ville, a onze ans, comme Bruno, un petit paysan avec lequel il se lie d’amitiĂ©. Chaque Ă©tĂ© jusqu’à ses vingt ans, Pietro y passe ses vacances d’étĂ© et retrouve Bruno qui lui fait dĂ©couvrir son domaine. Il grimpe les sommets avec son pĂšre tandis que sa mĂšre lui parle des arbres. Ce n’est qu’à la mort de son pĂšre qu’il retourne dans les montagnes que Bruno n’a pas quittĂ©es.   La montagne, l’amitiĂ©, la filiation habitent ce roman au ton personnel, intime et sincĂšre, rĂ©vĂ©lant puissamment des souvenirs enfouis. Ceux d’un fils envers son pĂšre, cet Ă©tranger qu’il dĂ©couvre car la montagne parle d’eux et de leurs attentes, de leurs dĂ©ceptions et de cette mĂȘme attirance vers les sommets. Une autre montagne lui est donnĂ©e par son ami, celle du labeur et de la solitude. Dans ce roman au parfum autobiographique, Paolo Cognetti (Sofia s’habille en noir, NB novembre 2013) sĂ©duit par l’intensitĂ© de cette amitiĂ© faite de silences et de complicitĂ©. Une dĂ©claration d’amour Ă  la montagne, gardienne Ă©ternelle de son enfance et de l’amitiĂ©. (L.C. et S.L.)