Les garde-fous

B√ČZIAN Olivier

& &

 

Tr√®s chic, la r√©ception dans le petit monde de l’√©dition. Tr√®s d√©cal√©e, la conversation qui, entre autres fadaises, √©voque l’actualit√© d’une s√©rie de crimes horribles. Tr√®s sophistiqu√©e, la somptueuse villa ¬ę les pieds dans l’eau ¬Ľ , aux lignes pures inspir√©es de le Corbusier. Impromptu, survient dans ce d√©cor de milliardaire un policier persuad√© que le tueur en s√©rie doit s’attaquer prochainement √† la ma√ģtresse de maison. La tension monte mais rien ne se passe comme on aurait pu le pr√©voir‚Ķ.

L’histoire en un volume est cont√©e dans un album √† l’image de sa couverture, original et d’une froideur √©l√©gante. La villa g√©om√©trique s’ins√®re dans une nature environnante statique ; les personnages aux traits √©bauch√©s par une plume l√©g√®re d√©placent leur silhouette dans des pi√®ces d’un modernisme d√©pouill√©. Bleues, vertes, beiges, les couleurs glac√©es rythment l’enqu√™te qui chemine √† travers diverses fausses pistes avant de se perdre, puis d’aboutir. L’auteur cr√©e un univers √©trange et frigorifi√© o√Ļ il d√©roule un r√©cit policier plus classique.