Les Gants et autresnouvelles

MUNGAN Murathan

La société stambouliote sort du féodalisme et entre dans la modernité. Un fils découvre l’univers de sa mère qui l’a abandonné dès l’enfance et, à sa mort, ouvre ses tiroirs curieusement remplis de gants. Un ancien obèse, transformé en éphèbe, provoque le désir d’un écrivain dont il devient l’ami intime, sans devenir son amant. Un expatrié en Arabie Saoudite, qui revient régulièrement à Istanbul, finira-t-il par choisir le lieu où il mourra un jour et souhaite-t-il vraiment en décider ?

 

Murathan Mungan brandit l’étendard de son homosexualité, sujet de plusieurs de ses nouvelles. Le malaise qui planait déjà dans Tchador (NB juin 2008) réapparaît. Dans une atmosphère mélancolique, les êtres évoquent l’incertitude et l’instabilité de sentiments ambigus. La mise en situation théâtrale des personnages rappelle l’identité de Murathan Mungan en tant qu’auteur dramatique. Il donne une bonne analyse des rapports entre partenaires sexuels, désirs spontanés ou patiemment construits par une volonté de vie commune et de confort. Un livre lucide sur les nouvelles relations humaines dans une société en mutation permanente.