Le Roman de Shanghai.

DEBR√Č Bernard

Une convention de coop√©ration entre le service d’urologie dirig√© par l’auteur √† l’h√īpital Cochin et l’h√īpital Est de Shanghai est le pr√©texte √† une analyse historique, √©conomique et sociale de cette ville. Fascinante, bouillonnante, partie de la Chine dont elle se distingue cependant, elle fut mis√©rable avant d’√©clater dans la d√©mesure, l’opulence, marqu√©e par les deux aspects de ¬ę son arrimage au pass√© le plus enfoui et sa qu√™te permanente de modernit√© ¬Ľ. Bodard, Malraux, Marie-Claude Berg√®re (Histoire de Shanghai), Serge Bramly (Le voyage de Shanghai, N.B. f√©v. 2005) l’ont d√©crite, Rita Hayworth, illustr√©e.

Bernard Debr√© entrelace, parfois avec confusion, les particularit√©s de cette m√©gapole et ses points communs avec la Chine. Il raconte la subtilit√© du consul fran√ßais, Monsieur de Montigny, les turpitudes du maffieux Monsieur Du, la drogue, le jeu, les √©meutes, √† c√īt√© du quasi-continent, aux multiples dynasties, aux guerres meurtri√®res, voire humiliantes (¬ę¬†trait√©s in√©gaux¬†¬Ľ avec l’Occident), √† l’instauration laborieuse du communisme. Les caract√©ristiques de chaque entit√© demandent une lecture soigneuse, mais le savoir, l’inclination de l’auteur emportent l’adh√©sion.