Le roman de Louise

GOUGAUD Henri

Louise na√ģt de p√®re incertain en 1830 au ¬ę Ch√Ęteau ¬Ľ de Vroncourt, Haute-Marne. Sa m√®re y est servante. Le propri√©taire ‚Äď son grand-p√®re ? ‚Äď lui apprend √† lire, √† raisonner et √† d√©chiffrer les mille curiosit√©s d‚Äôune nature dont elle est passionn√©e. Les d√©sh√©rit√©s, hommes et b√™tes, retiennent son int√©r√™t. Institutrice, elle √©crit des po√®mes, correspond avec Victor Hugo, milite ardemment dans les instances r√©volutionnaires, contre Napol√©on III et contre Thiers lors de la Commune en 1871. Souvent emprisonn√©e, d√©port√©e en Nouvelle-Cal√©donie, elle meurt √† Marseille en 1905 apr√®s une vie de r√©voltes qui ont chang√© la vie ouvri√®re.¬†Le caract√®re excessif d‚Äôune h√©ro√Įne en recherche constante d‚Äôabsolu ‚Äď elle aurait pu trouver Dieu ‚Äď s√©duit un auteur au talent reconnu de conteur (L‚ÄôEnfant de la neige, NB d√©cembre 2011). Dans un style emphatique au lyrisme sans retenue, le romancier exploite son imagination exub√©rante qui exalte les faits av√©r√©s d‚Äôune biographie romanc√©e avec d√©lectation. La Vierge Rouge, dont la vie combattit mis√®re et injustice, reste l‚Äôembl√®me des convulsions de l‚Äôhistoire de France dans la derni√®re moiti√© du XIXe si√®cle.