Le rire de l’ogre.

PÉJU Pierre

Été 1963 : Paul Marleau rejoint son correspondant à Kehlstein (Bavière). Il entame vite une singulière relation avec l’envoûtante Clara Lafontaine obsédée par la photographie… 1941 Ukraine : le médecin de la Wehrmacht Lafontaine décrit les exactions des SS contre les femmes et les enfants juifs russes… Les vies des deux protagonistes et de leurs parents prennent corps entre trahison et idéalisme, opportunisme ou désespoir. Paul épouse la saine Jeanne et sculpte la pierre avec un acharnement quasi bestial, tandis que Clara parcourt les contrées ravagées par les conflits avec sa caméra.

 

L’auteur de La petite Chartreuse (N.B. déc. 2002) est hanté par la problématique de l’expiation. Ce roman d’amour et de guerre, sur fond d’art et de solitudes imbriquées, évoque autant l’inconscient collectif que les douloureuses affinités électives. Avec son style impressionniste Pierre Péju démontre qu’en chacun réside une énigme existentielle. Clara et Paul, épris d’absolu et de liberté, resteront consternés devant l’impunité décrite. Un ouvrage subtil et poignant sur l’héritage du Mal et sa continuité dans le monde contemporain.