Le perfectionniste.

BUISSON Laure

Enfants, la DDASS avait plac√© Max et L√©na chez Vinie, une Mauricienne qui √©levait d√©j√† un gar√ßon nomm√© S√©verin. Max avait mu√© sa honte en d√©termination, entra√ģnant la maisonn√©e dans son ascension pour mettre le monde √† sa merci. Aujourd’hui photographe courtis√©, il est devenu Maximilien, cachant derri√®re l’artiste une personnalit√© √©gocentrique et rigide. Rebut√© par la laideur, il s’obstine √† gommer toute trace d’in√©l√©gance, jusqu’√† la malformation de sa soeur. Mais celle qu’il v√©n√®re et qu’il entoure de luxe et de futilit√© ressemble de moins en moins √† ses projections. Depuis la mort de S√©verin dont il s’agace, L√©na est devenue vulgaire et Vinie irascible, fissurant le cocon qui abritait jusque-l√† un bonheur lisse, du moins en apparence. Odieux autant que path√©tique, Maximilien, que seul apaise le rangement maniaque de ses bilboquets, tente de recr√©er un bonheur factice √† coups de grandioses d√©monstrations affectives.

¬†Apr√®s Blanquette (NB octobre 2000), on doit √† Laure Buisson une nouvelle √©tude de la passion destructrice ; un r√©cit qui se d√©voile √† mesure qu’il se trouble, un talentueux lamento qui ne vous l√Ęche plus jusqu’√† son terme mais dont l’exc√®s met mal √† l’aise.