Le reniement de Patrick Treboc

COBERT Harold

Un jeune écrivain rêve de gloire mais, ballotté entre un éditeur bien parisien, un producteur homosexuel et une comédienne manipulatrice, craque et bientôt renonce à ses rêves. Devenu professeur dans un lycée de province, il se laisse séduire par une élève particulièrement entreprenante et, dans un moment d’exaspération, la tue. Il se retrouve en prison mais à partir de ce jour la fortune lui sourit. Un brillant avocat défend sa cause, l’éditeur le supplie d’écrire son histoire et les médias font de lui une superstar. Il conçoit alors une série de télé-réalité où des détenus filmés 24h sur 24h sont jugés par le public qui vote chaque semaine pour éliminer du jeu celui qui semble le moins apte à se réinsérer dans la société.

 

Cobert/Treboc, l’anagramme montre clairement que l’auteur règle ses comptes avec le monde littéraire et la société du spectacle en général. Mais la satire ne manque pas de sel, le ton est alerte, et le parcours de ce trentenaire, élevé dans les valeurs humanistes et utopiques issues de 1968, confronté au cynisme du monde réel, est plutôt jubilatoire.