Le pain rouge

ARMAND Marie-Paul

La jeune et jolie Mathilde grandit dans une ferme pauvre, mais non mis√©rable du Nord. La R√©volution √©clate, les paysans esp√®rent voir diminuer leurs charges ; au d√©but tout va bien, mais l‚Äôarrestation de leur cher et vieux cur√© les consterne ; le changement de leurs habitudes, l‚Äôhumiliation inflig√©e au ch√Ętelain et surtout le d√©part des gar√ßons pour la guerre les traumatisent. Mathilde est arr√™t√©e, promise √† la guillotine, car √† Douai, c‚Äôest le sinistre Le Bon qui fait r√©gner la Terreur‚Ķ ¬†Au-del√† de l‚Äôhistoire sentimentale, assez banale, et du beau portrait d‚Äôune sympathique femme courageuse, la description saisissante de l‚Äôirruption r√©volutionnaire dans un village bien calme captive toujours autant (ce livre ayant d√©j√† √©t√© analys√©, NB juin 1989). Personnages historiques et fictifs avec leurs espoirs et leurs d√©ceptions se croisent en faisant revivre cette p√©riode difficile o√Ļ la peur r√©gnait. Marie-Paul Armand situe tous ses romans dans cette r√©gion du Nord √† des √©poques diff√©rentes, le dernier √©tant Au bonheur du matin (NB novembre 2003).