Le monde et inversement.

PONTI Claude

& &

 

Si vous connaissez l’imaginaire ludique des albums de Claude Ponti (Ma vallée, Georges Lebanc et bien d’autres) vous ne serez pas dépaysé avec son troisième roman. Le héros, Edgar, habite dans un drôle d’immeuble aux inquiétants habitants : la méchante Mademoiselle Clapeau, Freutin le lubrique “méga-faux-cul-à-moumoute” et son clone Menu-Freutin, Desouches qui se transforme peu à peu en arbre, Madame Lemours et sa peluche Love-Love ; il y a aussi deux petites soeurs aux étranges pouvoirs qui manipulent pensées et cauchemars de leurs voisins, des chiens qui explosent dans les rues, l’Apparition évanescente en robe bleu étoilée. C’est surtout le monde magique, passé-présent-avenir mélangés de Claude Ponti, qui défile.

 

Fidèle à ses idées (Cf. Est-ce qu’hier n’est pas fini, N.B. avr. 1999), Claude Ponti stigmatise bêtise, perversité, angoisse des adultes face aux enfants qui, seuls, peuvent réinventer amour, douceur, tendresse. La fantaisie dans le récit, les quelques trouvailles dans les jeux de langage ne sauvent pas cette histoire qui sombre dans une loufoquerie parfois confuse.