Le monde en feu : violences sociales et mondialisation

CHUA Amy

Professeur à Yale, ancienne de la Banque Mondiale, originaire de la minorité chinoise des Philippines, Amy Chua est qualifiée pour analyser certaines situations désastreuses issues de la mondialisation. Lorsque, dans un pays, une minorité économiquement dominante profite exagérément du système de marché, les inégalités, déjà excessives, s’accentuent : Chinois aux Philippines et en Indonésie, Indiens en Afrique orientale, diverses ethnies ailleurs. Si la démocratie y est simultanément introduite, des leaders démagogues attisent souvent haines ethniques et ressentiment social, provoquant violences et massacres.

 

L‚Äôauteure d√©nonce la mani√®re dont Occidentaux et FMI pr√īn√®rent ces syst√®mes. Elle reconna√ģt leur valeur, √† condition de les corriger par la redistribution, des contrepoids juridiques, une √©ducation √† la d√©mocratie‚Ķ En Occident, d√©mocratie et march√© n‚Äôont pu coexister qu‚Äôapr√®s de laborieuses transformations. L‚Äôantiam√©ricanisme plan√©taire et l‚Äôethnonationalisme sont bien analys√©s. L‚Äôutilisation d‚Äôune grille de lecture unique conduit parfois √† des rapprochements hasardeux et l‚Äôomission de l‚Äô√©l√©ment culturel est regrettable. La multiplicit√© d‚Äôexemples entra√ģne maintes r√©p√©titions. Cependant l‚Äô√©clairage apport√© reste capital. Publi√© en 2003, cet ouvrage est pr√©monitoire.