Le ministère de la douleur

UGRESIC Dubravka

& &

 

Après le démantèlement de la Yougoslavie, Tania se retrouve professeur de littérature à l’Université d’Amsterdam. Ses étudiants, serbes, croates, bosniaques, exilés comme elle, tentent de survivre malgré la perte de leur identité et le déracinement. Pensant les délivrer des souvenirs douloureux de la guerre, Tania leur propose de travailler ensemble sur leur passé. Mais, contrainte d’abandonner ce rôle de psychothérapeute auprès d’eux, humiliée et résignée, elle subit son destin…

 

Fiction ou document à plusieurs voix, incarnant nostalgie, colère ou encore amnésie volontaire, ce texte revient sur le thème de l’exil, déjà abordé dans Le Musée des redditions sans condition (N.B. déc. 2004). Bannie de Croatie pour raisons politiques en 1993, l’auteure dénonce longuement l’écartèlement du réfugié, comme l’avènement d’un monde changeant et impersonnel. Touffu et dense, ponctué de nombreuses références littéraires, le récit exprime parfaitement l’état d’âme de la narratrice. Le ton ironique allège la gravité de la situation.