Le jardin de madame Li

SELLIER Marie, LOUIS Catherine

Madame Li habite dans le village de la Pagode perdue. Elle n’est ni jeune, ni riche, mais poss√®de un tr√©sor: deux jarres qu’elle s’en va remplir quotidiennement √† la rivi√®re du Pont qui chante. Quand Yun l’accompagne, la petite fille constate que l’un des pots fuit, ce qui ne semble pas √©mouvoir la vieille femme. Elle semble au contraire tr√®s attach√©e √† cette particularit√©. Quel est donc le secret que devra percer l’enfant gr√Ęce √† sa perspicacit√©?¬†¬†¬†Une illustration particuli√®rement r√©ussie sur fonds noirs et blancs compl√®te ce conte philosophique. Gr√Ęce √† un jeu d’ombres chinoises et de d√©coupes laissant entrevoir les couleurs, l’impression est celle d’un vitrail. Sur papier m√Ľrier, diff√©rents types de papiers de soie avec fibres se superposent pour cr√©er la lumi√®re, notamment pour les fleurs √©clatantes cern√©es de noir. Les silhouettes semblent danser sur le pont et sur les rives. Comme dans un livre √† compter, on d√©nombre les animaux de l’√©tang, et d’autres encore crois√©s au fil de la promenade. Sur chaque page de gauche, un id√©ogramme rouge indique le mot important de la phrase, calligraphi√© par Wang Fei ; on le retrouve dans le lexique final. (M.-C.D.)