Le farfadet

CHABAS Jean-François

Le farfadet est furieux : les hommes sont fous √† lier. Que peut-on attendre d’eux¬† ? Ils ne pensent qu’√† s’entretuer, √† abimer le monde qui les entoure. L’air pur manque, la mer est encombr√©e de d√©chets, les animaux sont menac√©s. Pour r√©tablir quelque peu l’ordre des choses, et gr√Ęce au gin qu’il ingurgite avec conviction et r√©gularit√©, le farfadet d√©cide de partir en Afrique, pour sauver les rhinoc√©ros.Les monologues du farfadet, m√©lange de langage raffin√© et de jurons piment√©s, ne manquent pas de saveur ! Avec beaucoup d’humour, jeux de mots, situations inattendues, l’auteur pointe chez son h√©ros les d√©fauts qu’il reproche aux humains. Sa conscience lui chuchote que sa faiblesse pour l’alcool ne sert peut-√™tre pas forc√©ment ses projets. Mais la ¬ę grande Ma√ģtresse ¬Ľ sait bien qu’un petit farfadet, pas plus que les hommes, ne peut s’en sortir seul, et d√©cide qu’une incroyable cure de cong√©lation-r√©flexion (et d√©sintoxication) au Groenland lui permettra, peut-√™tre, de redonner corps √† son projet. L’humour au second degr√© de cette petite fable √† l’√©criture remarquable de finesse et de subtilit√© et la r√©flexion tr√®s ouverte seront mieux savour√©s par de jeunes adolescents ou adultes. Les illustrations de Philippe Dumas ajoutent au bonheur de lecture et s’ajustent exactement aux p√©rip√©ties du texte.