Le Clan des Tengu ; 4

KURODA I√ī

&  

√Čtrange, cette s√©rie de quatre tomes, tous publi√©s en 2006, au graphisme marquant, assez fid√®le finalement √† l‚Äôesprit du c√©l√®bre mensuel¬†√Ä Suivre de l‚Äô√©diteur Casterman¬†: longues histoires, graphisme net en noir et blanc¬†! Issus de la mythologie japonaise, les Tengu sont des oiseaux, autrefois ma√ģtres du Japon, qui se dissimulent dans des enveloppes humaines depuis que les hommes ont pris le pouvoir. Ils br√Ľlent de le leur reprendre et y parviennent dans ce dernier tome qui voit l‚Äôun d‚Äôentre eux, un g√©ant √† la Godzilla, d√©truire enti√®rement la ville de Tokyo. Entre-temps, on aura suivi¬† – quatre tomes durant, soit mille pages et six heures de lecture¬†! – les aventures de la petite Shinobu, Tengu malgr√© elle, accompagn√©e de son ma√ģtre, son oncle, son fr√®re, son double de glaise, etc.. S√©duit par le dessin – trait √©pais, mise en page vari√©e, noirs cauchemardesques, effets esth√©tiques, cr√©atures hybrides – on avance toutefois avec difficult√© dans cet univers fantasmatique, peinant √† suivre les m√©andres d‚Äôun sc√©nario alambiqu√©, au risque de se perdre. Fascinant mais, h√©las, totalement herm√©tique.