Le chantier

MO YAN

Dans une lointaine province chinoise, une √©quipe d’ouvriers travaille √† la construction d’une route. Ce sont des √™tres frustes que la pauvret√© condamne √† ce travail p√©nible. Lorsque leur chef s’absente et d√©signe l’un d’eux pour le remplacer, de violentes disputes √©clatent et le groupe devient incontr√īlable. Peu √† peu quelques personnalit√©s se pr√©cisent, obs√©d√©es par un pass√© douloureux : familles bris√©es, frustrations sexuelles. La faim les tenaille, la capture d’un chien est une aubaine. Du village voisin, des femmes viennent proposer quelques victuailles, les excitent. Une √©pouse, d√©munie de tout, arrive pour accoucher‚Ķ

 

Par petites touches, avec r√©alisme, l’auteur donne √† voir dans ce court roman toute la mis√®re ordinaire du petit peuple chinois. On reste obs√©d√© par certaines sc√®nes d’une cruaut√© insoutenable. Mais qui est coupable, dans une soci√©t√© d’une brutalit√© r√©voltante, fragilis√©e par la destruction des structures traditionnelles et o√Ļ r√®gne l’arbitraire des petits chefs ? La tendresse et l’espoir sont totalement absents de ce roman d’un auteur souvent inspir√© par la paysannerie chinoise : Enfant de fer (NB juin 2004).