Le bal des papillons

VILARD Hervé

& &

 

En 1965, avec « Capri c’est fini », Hervé Vilard devient une vedette de la chanson ; il n’a que dix-neuf ans. Quelque temps plus tard, lors d’une tournée, un journaliste en quête de scoop organise des retrouvailles entre Hervé et sa mère sous l’oeil indiscret des caméras. Alcoolique et pathétique, elle lui inspire des chansons. Le jeune chanteur la prend en charge de son mieux… Récitals et concerts se succèdent à travers le monde mais dès que possible il revient, plein d’attentions pour sa terrible maman qui multiplie les séjours en clinique. À la fin des sixties, sa gloire se ternit et des drames semblent avoir raison de son fragile équilibre…

 

Composé comme une chanson de formules brèves, imagées, elliptiques, le récit reflète la sensibilité à fleur de peau d’Hervé Vilard qui plaît aux filles avec sa dégaine un peu timide, et pourtant ne cache pas son homosexualité, ses désirs d’amour absolu, ses aspirations. Ce témoignage sans complaisance d’une vie faite de paillettes et de détresse affective est d’une simplicité aussi émouvante que le premier volet de son autobiographie, L’âme seule, dans laquelle le chanteur révélait son passé d’enfant de la Ddass.