L’ascenseur pour la Grande Ourse

LAHLOUH-PRÉVOST Saïd

&

 

Le narrateur, soudeur Ă©mĂ©rite, passe ses journĂ©es Ă  traĂźner dans une casse de voitures au bord de la Nationale 7. Il cherche des piĂšces dĂ©tachables pour rĂ©aliser une fusĂ©e et un missile destinĂ©s Ă  faire rĂ©gner plus de justice dans le monde. Mais, progressivement, l’ambiance dĂ©rape : on passe du souvenir violent des anciens accidents Ă  une cruautĂ© abjecte et sans motif qui envahit tout.

 

Écrite Ă  la premiĂšre personne dans un argot truculent semĂ© d’obscĂ©nitĂ©s, une errance grise et noire fait dĂ©couvrir le monde insolite des voitures accidentĂ©es, leurs mouvements sournois, les vestiges Ă©mouvants de leurs premiers occupants. Le mal de vivre du narrateur est fort bien rendu mais la fin de ce premier roman est peu crĂ©dible.