L’appel

WALLENDORF Fanny

Oregon, 1957. Richard, jeune lyc√©en, passionn√© par la pratique du sport, a fait du saut en hauteur sa sp√©cialit√©. Malgr√© ses efforts, les conseils de ses entra√ģneurs, le soutien de ses parents, il ne progresse pas. Il prend conscience que tout n‚Äôest pas affaire de comp√©titions incessantes mais de ma√ģtrise tant corporelle que mentale, de communion avec le public. Jusqu‚Äô√† atteindre l‚Äôinimaginable, au-del√† du possible.¬†¬†Dans ce premier roman, Fanny Wallendorf s‚Äôinspire de la carri√®re de l‚Äôathl√®te am√©ricain Dick Fosbury qui r√©volutionna sa discipline jusqu‚Äô√† sa cons√©cration olympique en 1968. Mais ce qui fait l‚Äôattrait et la richesse du livre, c‚Äôest certainement la fa√ßon limpide avec laquelle l‚Äôauteure analyse et narre √† la fois chaque √©tape et la trajectoire de la carri√®re de l‚Äôathl√®te. Loin d‚Äôune √©tude psychologique convenue, tout ici est en nuances, en touches d√©licates successives, en accompagnement sur la dur√©e pour prouver combien √† force de travail sur soi-m√™me et de communion avec autrui tout est possible, tout est perfectible. Vaste sujet de r√©flexion √† une √©poque o√Ļ le superficiel et le fugitif tiennent une bien trop grande place. (L.D. et T.R.)