L’amour humain

MAKINE Andreï

Sans amour l’homme n’est rien, la vie n’est qu’une mauvaise farce. À quoi bon vouloir construire un avenir meilleur, à quoi bon la révolution « si elle ne change pas notre mode d’aimer ». Tel est le thème du nouveau roman de Makine qu’on pourrait croire directement emprunté à saint Paul. À cette énorme différence près que son héros n’a rien d’un saint. Angolais, révolutionnaire professionnel formé par Moscou, c’est un homme lucide et cependant profondément humain marqué par la mort d’une mère aimante et la rencontre lumineuse avec une femme qui sera son seul amour, un amour réciproque mais impossible. C’est à travers cette femme qu’il aime l’humanité, que sa vie errante et violente prend un sens, jusqu’au sacrifice final.  Ce magnifique roman est un hymne à l’amour – qui seul a le pouvoir de transcender les atrocités de l’histoire et l’absurdité de la vie –, un constat de carence, voire d’échec, de toute idéologie, de toute philosophie. L’écriture, superbe comme toujours, est détachée, prend du recul par rapport au récit. Sans conteste l’un des meilleurs livres de l’écrivain.