La voix des ombres

HARDINGE Frances

XVIIe siĂšcle, en Angleterre. La guerre civile gronde. La mĂšre de Makepeace oblige parfois sa fille Ă  dormir dans le cimetiĂšre, seule, pour qu’elle apprenne Ă  se dĂ©fendre contre les fantĂŽmes. Makepeace s’enfuit, sa mĂšre meurt, l’esprit d’un ours irascible entre en elle. L’enfant est recueillie par la famille de son pĂšre, des aristocrates, oĂč elle fait la connaissance de James, son demi-frĂšre. Elle devient fille de cuisine. Les adolescents sont prĂ©cieux pour la famille car ils ont le don d’accueillir les fantĂŽmes des morts en eux, pour conserver les souvenirs des gĂ©nĂ©rations prĂ©cĂ©dentes. Mais quand trop de fantĂŽmes habitent le corps, l’esprit de l’hĂ©bergeur est dĂ©truit…  La quĂȘte d’identitĂ© et de libertĂ© de l’hĂ©roĂŻne est rendue compliquĂ©e par la prĂ©sence d’autres personnes qu’elle hĂ©berge progressivement en elle (l’ours, puis un mĂ©decin, et deux autres personnes) avec qui elle communique par l’esprit, et qui peuvent aussi prendre les commandes de son corps. La jeune fille se cache, fuit, fait tout pour sauver James, quitte Ă  faire alliance avec l’ennemi. La tonalitĂ© de ce roman original, aux rebondissements inattendus, reste sombre de bout en bout, mais n’est jamais morbide. Makepeace a une belle Ăąme et une volontĂ© farouche de s’en sortir. L’Ă©criture est belle. Impressionnant et passionnant ! (A.E. et M.D.)