La Grande Sauvagerie

PRADEAU Christophe

Jusqu’à ses dix-huit ans, jamais Thérèse Gandalonie n’a quitté Saint-Léonard, petit point perdu sur la carte du Limousin, signalé par la présence d’une lanterne des morts. La moindre parcelle du village lui est familière, hormis le mystérieux domaine de La Grande Sauvagerie, inhabité depuis de longues années. Quand elle quitte la maison familiale, la jeune fille s’étourdit de voyages. Mais un livre découvert dans une bibliothèque américaine la renvoie à son passé, la conduisant sur les pas d’un peintre voyageur du XVIIIe siècle, mort au Canada, ancêtre de la riche famille venue s’installer dans la demeure qui attisait sa curiosité enfantine. De retour dans son village, la vieille dame qu’est devenue Thérèse Gandalonie prend la plume et raconte…

 

Sensible aux jeux subtils de la transmission, à ce que l’on oublie ou retient des paroles des anciens (cf. La Souterraine, NB octobre 2005), Christophe Pradeau explore les passerelles qui parfois s’établissent entre les êtres d’un siècle à l’autre. La langue travaillée, érudite, fleurie à l’extrême, et la construction fragmentée requièrent une lecture attentive, pour une intrigue somme toute assez mince.