La Fortuna

GALLO Françoise

1901, au large de Porto Empedocle, province d’Agrigente. Giuseppa entraĂźne son mari handicapĂ© et leurs quatre jeunes fils dans une traversĂ©e nocturne vers Tunis avec d’autres Ă©migrĂ©s siciliens. RĂ©solue mais inquiĂšte, seule Ă  ne pas succomber au sommeil, elle se souvient… Une trentaine d’annĂ©es plus tĂŽt, les religieuses d’un orphelinat l’ont recueillie bĂ©bĂ© et l’ont nommĂ©e La Fortuna. Elle a Ă©pousĂ©, par amour, Francesco, le fils cadet d’une famille de propriĂ©taires terriens qui n’ont jamais cachĂ© leur hostilitĂ© envers cette jeune femme sans origine connue.  Premier roman de Françoise Gallo, documentariste, nĂ©e en Tunisie dans une famille d’origine sicilienne, ce court rĂ©cit compose le portrait d’une femme simple, lucide, prĂȘte Ă  tout, mĂȘme Ă  quitter le pays qu’elle aime, pour prĂ©server une indĂ©pendance et un bonheur chĂšrement acquis, menacĂ©s par une sociĂ©tĂ© au machisme Ă©crasant. L’enfant abandonnĂ©e trouve d’abord sa consolation et sa force dans les arbres et les plantes qu’elle soigne et fait fructifier, puis dans l’amour pour son mari et ses enfants. Quand rien n’est plus possible contre le mĂ©pris et l’adversitĂ©, le choix de Giuseppa est dĂ©chirant mais entiĂšrement assumĂ©. L’Ă©criture superbe est Ă©vocatrice de la lumiĂšre mĂ©diterranĂ©enne et du contraste entre violence et dĂ©licatesse. (T.R. et C.-M.T.)