La douceur de nos champs de bataille

LI Yiyun

Une mĂšre imagine un long dialogue avec son fils aĂźnĂ© qui s’est suicidĂ© trois mois auparavant, Ă  l’ñge de seize ans. Elle Ă©crit et enseigne. NicolaĂŻ Ă©tait poĂšte en herbe, amateur d’adjectifs, hautboĂŻste et
 perfectionniste. Cette conversation au prĂ©sent est le prolongement de leurs chamailleries, faites de respect mutuel et de franc-parler, seul moyen pour elle de conjurer le dĂ©sespoir de la sĂ©paration et d’essayer de comprendre.  D’origine chinoise, Yiyun Li vit aux États-Unis (Cher ami, de ma vie je vous Ă©cris dans votre vie, HdN septembre 2018). Alors que l’auteure-narratrice Ă©crivait un roman sur le deuil d’une mĂšre aprĂšs le suicide de son fils, elle est confrontĂ©e dans la rĂ©alitĂ© Ă  la mĂȘme tragĂ©die inexplicable. Elle tente de renouer le fil de ses Ă©changes avec l’adolescent comme s’il Ă©tait encore lĂ  sans l’ĂȘtre, Ă©grĂšne des souvenirs selon les sujets abordĂ©s. Seuls les pauvres mots, dont elle dĂ©cortique la signification, relient les individus, les vivants aux morts qu’ils ont aimĂ©s. Si le texte est parfois distanciĂ©, parce qu’incapable de percer le mystĂšre insondable du fils, il Ă©voque avec justesse et Ă©motion le sentiment de culpabilitĂ©, la tendresse et le chagrin inconsolable d’une femme qui est comme « amputĂ©e ». (L.G. et A.-M.D.)