Je viens de toutes mes enfances

SALOMÉ Jacques

Jacques Salomé, auteur prolifique, aborde le thème de l’enfance et des relations parents-enfants sous un jour différent de N’oublie pas l’éternité (NB juillet 2005). Développant la théorie selon laquelle nos enfances secrètes sont le terreau de notre devenir et forment le matériau socle de notre mémoire, il dissèque sa propre enfance et scrute ce qu’il appelle « ses temps de l’enfance ». Puis il commente les répercussions d’un acte, d’un geste, d’un mensonge, d’une fugue ou d’un rêve, sur sa vie d’adulte mais aussi sur la vie de ses enfants.

 

L’approche de ce psychosociologue de renom est intéressante. De son expérience personnelle, il extrait une réflexion à portée générale. Spontané et sensible quand il évoque l’enfant écorché vif, violemment attaché à sa mère, il se montre moins convaincant et novateur dans l’analyse qu’il fait de cette relation et des éléments marquants de sa vie. L’enchaînement des courts chapitres, répondant toujours au même schéma (souvenir, réflexion, citation), peut entraîner un léger ennui.