J’aime.

BEAUREGARD Nane

Un titre simple, tr√®s beau, qui r√©sume tout. Le texte dense, sans point, sans virgule, est un flot continu, jamais ennuyeux, paroles d‚Äôune narratrice qui c√©l√®bre l‚Äôhomme qu‚Äôelle aime dont elle diss√®que le corps, l‚Äô√Ęme, ce qui est aimable chez lui et ce qui serait ha√Įssable si elle ne l‚Äôacceptait totalement. Il est l‚Äôhomme de sa vie, la seule chose qu‚Äôelle emporterait avec elle sur une √ģle d√©serte. Elle s‚Äô√©merveille de sa s√©duction, de sa profondeur, de sa fantaisie, de son c√īt√© impr√©visible, de son indiff√©rence au jugement d‚Äôautrui, de ce lien ind√©fectible qui les unit et dure par-del√† les ann√©es. Bref, un hymne √† l‚Äôamour r√©jouissant, √©mouvant, une longue et unique phrase de quatre-vingt-dix pages qui repr√©sente une v√©ritable prouesse sans parvenir √† nous lasser.