In paradisium

JARRY Isabelle

Au retour de vacances estivales, Thomas s’inquiète du silence de ses parents retraités dont la vie se partage entre le XVIIe arrondissement parisien et la Normandie. Il découvre leurs cadavres dans la chambre de leur résidence secondaire. Son père aurait étranglé sa mère avant de s’éventrer. Avec ses trois soeurs, ils organisent les obsèques. La date est retardée par l’enquête des services médico-légaux.   Dans un Paris bourgeois contemporain où les quadragénaires consomment bio, circulent à vélo et se racontent leurs amours et leurs parcours professionnels, Isabelle Jarry (Magique aujourd’hui, NB décembre 2015) analyse un à un, en petits chapitres sans transition, les comportements de cette fratrie bouleversée. Passé le moment d’hébétude et de sidération, chacun, précipité par ce drame dans l’âge adulte, apprivoise le choc à la lumière de son propre vécu. Car la vie se perpétue avec son lot de joies, cachoteries et trahisons. D’une manière étonnamment détachée, la romancière chronique la banalité du quotidien et décortique à outrance préparatifs et déroulement des obsèques. Elle occulte volontairement jusqu’au final le secret, plutôt banal, d’une tragédie qui semble n’avoir qu’un rôle de révélateur des caractères. On reste sur une dérangeante impression d’insatisfaction.  (S.D. et M.-N.P.)