Il y a des monstres dans ma chambre

PAGEAUD Fanny

L’enfant est convaincu qu’il y a des monstres dans sa chambre le soir, sous son lit, dans son placard, derri√®re la porte ; ils se cachent, le guettent et lui font peur. Mais il n’arrive √† en persuader personne, car il est le seul √† les voir. Et d’ailleurs, √† premi√®re vue, le lecteur ne voit rien d’autre que les lettres orange du texte sur les pages blanches. Une l√©g√®re ombre, peut-√™tre ? O√Ļ se cachent les monstres ?¬†¬†Pour les faire appara√ģtre, l’indice est sur la couverture ; une lampe de poche est n√©cessaire. Une petite mise en sc√®ne s’impose pour raconter ce livre. √Čteindre les lumi√®res, allumer la lampe, qui √©claire d’abord le texte puis se glisse derri√®re la page pour faire appara√ģtre, en ombre chinoise, les fameux monstres, d√©riv√©s d’un animal d√©form√©. Le soir, dans le noir, l’effet est garanti. L’avantage est que l’enfant peut apprendre √† ma√ģtriser sa frayeur, faisant surgir et dispara√ģtre les monstres, arm√© du pouvoir que conf√®re la lampe de poche. De quoi fr√©mir et s’amuser seul ou avec des copains. Original et ludique. (M.D.)