Fleur de cendre

COMBIER Annick, ROMBY Anne

& & &  

Le pĂšre de Fleur de Cendre s’est remariĂ© et la belle et bonne jeune fille est devenue la servante de sa marĂątre et de ses deux filles odieuses et laides. L’empereur donne une fĂȘte en l’honneur de son fils


La robe est certes devenue kimono, le bal thĂ©Ăątre NĂŽ, le carrosse s’est transformĂ© en palanquin, la pantoufle de vair en socque de nacre
 et pourtant l’on retrouve tous les Ă©lĂ©ments du conte traditionnel de Cendrillon. Les illustrations sur papier vergĂ©, d’une dĂ©licatesse aĂ©rienne, sont somptueuses, empreintes de poĂ©sie et d’esthĂ©tique japonisantes. L’écriture est recherchĂ©e, ponctuĂ©e d’haĂŻkus. Cet exotisme Ă©blouissant donne un petit cĂŽtĂ© « dĂ©jĂ  vu » Ă  un rĂ©cit trop connu, qui semble ĂȘtre, au Japon Ă©galement, un classique. Conte universel ou effet de la mondialisation?