Fille des Reptiles. (Feux ; 1.)

TOME Philippe, HARDY Marc

RescapĂ© de la grande Ăšre des sauriens, un scribe raconte l’Ă©vĂšnement majeur qui prĂ©luda Ă  l’anĂ©antissement de l’empire Ogun : d’une Ă©trange capsule, les reptiles ont extrait un bĂ©bĂ© – une petite d’homme. DĂšs l’adolescence, Feux, ainsi nommĂ©e, tient tĂȘte hardiment Ă  Iramm le cruel prince guerrier, opposĂ© Ă  un empereur image de sagesse.

Cette curieuse histoire, archĂ©type du genre, situe un rĂ©cit des origines au temps des grands monstres prĂ©historiques. Ceux-ci saisissent par leur puissance primaire omniprĂ©sente au long des cases Ă  l’enchaĂźnement trĂšs fluide. Ce monde, moins primitif qu’il n’y paraĂźt, adore l’Être SuprĂȘme ; son ministre, le « Saint Commandeur », incarnĂ© par un fĂ©roce ptĂ©rodactyle, s’allie au pouvoir d’Iramm pour rĂ©duire des peuples pacifiques en esclavage. La tonalitĂ© sombre de ce premier album, habilement marquĂ©e par de fortes couleurs orangĂ©es, vertes et noires, annonce une dĂ©nonciation de la violence des temps et de l’oppression par toute religion constituĂ©e. La parabole, au texte Ă©conome, s’annonce sanglante dans les prochains tomes, centrĂ©s, probablement, sur la figure emblĂ©matique de Feux : justiciĂšre et/ou victime sacrifiĂ©e?