Fille des Reptiles. (Feux ; 1.)

TOME Philippe, HARDY Marc

Rescap√© de la grande √®re des sauriens, un scribe raconte l’√©v√®nement majeur qui pr√©luda √† l’an√©antissement de l’empire Ogun : d’une √©trange capsule, les reptiles ont extrait un b√©b√© – une petite d’homme. D√®s l’adolescence, Feux, ainsi nomm√©e, tient t√™te hardiment √† Iramm le cruel prince guerrier, oppos√© √† un empereur image de sagesse.

Cette curieuse histoire, arch√©type du genre, situe un r√©cit des origines au temps des grands monstres pr√©historiques. Ceux-ci saisissent par leur puissance primaire omnipr√©sente au long des cases √† l’encha√ģnement tr√®s fluide. Ce monde, moins primitif qu’il n’y para√ģt, adore l’√ätre Supr√™me ; son ministre, le ¬ę Saint Commandeur ¬Ľ, incarn√© par un f√©roce pt√©rodactyle, s’allie au pouvoir d’Iramm pour r√©duire des peuples pacifiques en esclavage. La tonalit√© sombre de ce premier album, habilement marqu√©e par de fortes couleurs orang√©es, vertes et noires, annonce une d√©nonciation de la violence des temps et de l’oppression par toute religion constitu√©e. La parabole, au texte √©conome, s’annonce sanglante dans les prochains tomes, centr√©s, probablement, sur la figure embl√©matique de Feux : justici√®re et/ou victime sacrifi√©e?