FĂ©roces infirmes

JENNI Alexis

2015, face au Bugey, un fils promĂšne son pĂšre, vieillard acariĂątre, en chaise roulante. Celui-ci a grandi insouciant Ă  Villeurbanne. En 1959, alors qu’il est maquettiste dans un cabinet d’architecture, il est appelĂ© sous les drapeaux et part en AlgĂ©rie. AffectĂ© dans un poste perdu en Kabylie, il devient volontaire dans un Commando de Chasse pour agir plutĂŽt que subir… Puis il s’enfuit vers Alger et participe aux actions de l’OAS avant de gagner un des bateaux qui ramĂšnent en mĂ©tropole une population hagarde.  Dans ce rĂ©cit donnant la parole alternativement au pĂšre et au fils Ă  cinquante ans d’intervalle, Alexis Jenni (Dans l’attente de toi, NB novembre 2016) raconte la guerre d’AlgĂ©rie avec son cortĂšge de violence et d’horreurs, vue par les yeux d’un jeune appelĂ©. L’atmosphĂšre de cette guerre, l’attente d’un ennemi invisible engendrent la peur, l’angoisse, les cauchemars. Les descriptions des veilles dans le djebel sont magnifiques ; celles de la misĂšre des populations, de la haine, des actes de torture dans les deux camps aussi. RĂ©cit intense qui malheureusement se dĂ©lite dans une confuse description des annĂ©es suivant le retour en mĂ©tropole. Souvenirs, vengeance et culpabilitĂ© s’y mĂ©langent au milieu des grands ensembles immobiliers oĂč se retrouvent les rapatriĂ©s, donnant l’impression d’un roman construit artificiellement.  (A.M. et J.M.)