Femme blanche, Afrique noire.

TROLET NDIAYE Marielle

L’auteure, jeune femme moderne comblée, estime à trente-cinq ans sa vie en panne de sens, de vérité, d’amour authentique… Pur produit de la société de consommation, pourquoi a-t-elle pris un jour de 1998 l’avion pour Dakar ? À l’aise au milieu des habitants qu’elle décrit avec humour, elle se sent pourtant très blanche, « comme une endive », une « toubab », victime de quelques arnaques… Sur la plage de Popenguine, village de la brousse sénégalaise, elle rencontre Tamsir, un pêcheur, homme sincère, animiste. L’ayant rendue épouse et mère, il lui fait découvrir la sagesse africaine dont elle s’imprègne au cours de quatre années de contacts, parfois surprenants, souvent amusants, passées au sein d’une population simple dans ses rapports et d’emblée généreuse. Un témoignage autobiographique, sympathique et nuancé, quelquefois moralisant, assorti d’une vue d’ensemble pleine de justesse sur la vie et les conditions économiques, de plus en plus difficiles, du peuple sénégalais. Les préjugés des Blancs apparaissent aussi, tantôt justes, souvent erronées.