Et si je me confessais

GILBERT Guy

Issu d’une famille nombreuse et aimante, séminariste rebelle, Guy Gilbert découvre en Algérie ce que sera son sacerdoce : lutter contre la violence, arracher les jeunes délinquants au mal, à la rue, à la drogue, et les mettre debout. En Haute Provence, un vieux mas restauré accueille en pleine nature des adolescents déboussolés qui réapprennent les règles de la vie en société. Et inlassablement Guy va dans les prisons, écoute les paumés, répond aux messages de détresse. Ce prêtre pas comme les autres, cheveux longs, blouson noir, langage cru, est un éducateur spécialisé de choc, humblement dévoué aux plus défavorisés mais aussi solidaire de ses frères prêtres.

 

Mais pourquoi √©crire, participer √† des √©missions, et enfin r√©diger sa biographie ? Pour t√©moigner au nom du Christ : l‚Äôamour salvateur donne et re√ßoit ; en √©tant attentif, chacun peut individuellement aider les autres et apprendre d’eux. M√™me si le texte est un peu d√©cousu, le style familier et une certaine autosatisfaction apparente, cet enthousiasme sans d√©faillance ne peut laisser le lecteur indiff√©rent quelles que soient ses croyances.