En Route pour la gloire. (Victor Lalouz ; 1.)

ARANEGA Diego

Il est vraiment moche ce héros : petit, oreilles en feuille de choux, énormes lunettes, calotte crânienne dégarnie. En plus, il est naïf, peu sûr de lui, frustré sexuel et inculte. Il bavarde sur sa vie au premier degré, tellement incertain de lui-même en dépit de ses fréquentes séances chez le psychanalyste que sa personnalité désarçonnante finit par lui attirer l’estime de tous, persuadés qu’on ne saurait ainsi gaffer sur soi-même qu’au second degré. C’est ainsi que, parvenu à se faire embaucher comme débutant à la régie technique d’un studio de radio, le petit Victor finit par devenir un grand des ondes, adulé des auditeurs.

 

Habilement conçu, le scénario développe une histoire qui progresse, en la découpant en courts gags complets et autonomes à raison de deux par page. Comme dans toutes les BD où le récit prime sur le dessin, la mise en page se contente de cases carrées toutes de même taille, privilégiant ainsi les dialogues. Le dessin est caricatural, les protagonistes délibérément moches mais l’humour fait mouche. Un album qui plaira aux adultes comme aux ados.