En avant, route !

SAINT-ANDR√Č Alix de

¬ę En avant, route ! ¬Ľ a √©crit Rimbaud. Et voici que, de refuges spartiates en rencontres cocasses, l’√©crivain et journaliste Alix de Saint-Andr√© d√©roule ses trois chemins de Compostelle. D√®s le premier (plus de deux mois, sept cent soixante-cinq kilom√®tres), elle perd ses illusions de solitude spirituelle, d√©couvre les souffrances et contingences quotidiennes, d√©ploie le courage n√©cessaire. Mais, oh honte ! elle abandonne une compagne de route quelques jours seulement avant l’arriv√©e √† Saint-Jacques‚Ķ C’est pour expier qu’elle fait le deuxi√®me p√®lerinage avec elle. Pour le troisi√®me, elle part de chez elle, pr√®s de Saumur, √©quip√©e, aguerrie.

 

De d√©pouillements en d√©pouillements, elle se rend disponible pour soigner, secourir, rencontrer l’autre. Car c’est finalement la fraternit√© internationale qu’elle d√©couvre, malgr√© la promiscuit√© et les tensions, dans cette humanit√© en route sur laquelle elle pose un regard positif. Humour, sinc√©rit√©, po√©sie, ces trois r√©cits d’un certain ‚Äúretour en enfance‚ÄĚ, comme elle le dit elle-m√™me, initieront les n√©ophytes du p√®lerinage (comment faire son sac‚Ķ), et r√©veilleront bien des souvenirs chez les p√®lerins de tous les pays.